Dr AlMalik dans une conférence de presse : Notre but est de développer l’ISESCO tant sur le fonds que sur la forme

Rabat: 23/10/2019

Dr AlMalik dans une conférence de presse : Notre but est de développer l’ISESCO tant sur le fonds que sur la forme

Dr Salim M. AlMalik, Directeur général de l’Organisation islamique pour l’Education, la Culture et les Sciences (ISESCO), a déclaré que l’Organisation est entrée dans une nouvelle phase de restructuration, basée sur la nouvelle vision novatrice ayant une méthodologie développée et de nouveaux principes à travers lesquels elle vise à réaliser un saut qualitatif afin d’occuper la place internationale qui lui revient, tout en s’adaptant avec les mutations rapides et les nouvelles technologies.

Au début de son entretien avec les journalistes et les spécialistes des médias, ce mercredi au siège de l’ISESCO, il a déclaré : « L’ISESCO a été fondée pour servir de l’UNESCO du monde islamique. Nous visons aujourd’hui qu’elle soit une organisation internationale plutôt que locale ou régionale ». Et d’ajouter que ce projet est notre ambition vue qu’il repose sur une nouvelle vision basée sur une stratégie aux dimensions futures.

Il a souligné que le monde islamique mérite de disposer d’une organisation de haut niveau, de grande valeur et de forte influence sur les communautés musulmanes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du monde islamique, et qui exprime sa vision adaptée aux grandes questions de l’époque dans le cadre de ses domaines d’action.

Par ailleurs, il a précisé : « Le développement de l’ISESCO qui mènera à sa modernisation tant sur le fonds que sur la forme, est la principale finalité résumant les objectifs stratégiques que nous œuvrons à réaliser ». La nouvelle vision de l’ISESCO, a-t-il ajouté repose sur trois principes : le premier est l’innovation dans la planification, la rénovation dans la réalisation et la modernisation dans la performance avec une rationalisation des dépenses grâce à une gestion financière sophistiquée ; le deuxième est l’ouverture sur les perspectives de l’époque, en s’appuyant sur des réflexions humaines modernes et sur l’expertise mondiale en matière d’éducation, d’enseignement, de sciences, d’innovation, de culture, de communication et de créativité, à travers la création du « Conseil consultatif internationale de l’ISESCO » ; et le troisième est le passage de l’ISESCO d’une organisation aux ressources limitées à une organisation productrice des ressources, grâce à la mise en place d’un projet de Waqf moderne afin de la protéger en cas de crise qui pourraient entrainer une interruption des ressources, le but étant de mener à bien ses missions .»

Dr AlMalik a ajouté : « Nous visons à ce que l’ISESCO soit un phare international rayonnant en matière d’édification civilisationnelle et de progrès académique, et que les conférences ainsi que les ateliers qu’elle organise soient une occasion pour présenter de nouvelles initiatives et des idées créatives et utiles. »

Et de souligner : « nous œuvrons à rendre l’ISESCO une organisation de compétences et un centre de leadership et de créativité qui coordonne les efforts visant à développer les politiques et systèmes éducatifs des Etats membres et à améliorer la performance et les résultats de ces systèmes ».

De même, il a ajouté : « nous veillons à ce que l’Organisation ait un message médiatique ciblé, renouvelé et innovant et une stratégie de communication efficace, une organisation défendant la langue arabe et renforçant sa position à l’échelle islamique et internationale, à travers l’enseignement de l’arabe aux non arabophones et le soutien des transcriptions des langues des peuples islamiques en  caractère arabe, une organisation ouverte aux peuples musulmans et sans frontières géographiques. »

Dr AlMalik a souligné qu’il vise à faire de l’ISESCO une plateforme qui produit des leaders novateurs, qui élabore les politiques de développement dans ses domaines de compétence ainsi que les systèmes de connaissances et d’innovation, et qui fournit l’expertise, le conseil technique et le soutien institutionnel à travers l’ouverture sur son environnement et sur le monde.

Il a clôturé son allocution en évoquant la nature de la relation qui doit exister entre l’Organisation et les medias, en se félicitant du rôle des journalistes et des spécialistes des médias et appelant à le renforcer et à le développer de façon adaptée à la nouvelle stratégie adoptée par l’Organisation.

Au terme de son allocution, le Directeur général a écouté les interventions et questions des représentants des médias auxquelles il a répondu, de même qu’il a apprécié les propositions de certaines interventions et s’est engagé à les examiner et adopter ce qui s’adapte avec la nouvelle vision de l’ISESCO, tout en invitant à davantage de communication entre l’Organisation, les journalistes et les spécialistes des médias.