Dans une allocution prononcée après sa désignation Directeur général de l’ISESCO : Dr Salim M. AlMalik souligne son entière adhésion aux objectifs de l’ISESCO et s’engage à œuvrer à son développement et à en étendre son rayonnement

Ville économique Roi Abdullah/ Région de Makkah Al Mukarramah: 09/05/2019

Dans une allocution prononcée après sa désignation Directeur général de l’ISESCO : Dr Salim M. AlMalik souligne son entière adhésion aux objectifs de l’ISESCO et s’engage à œuvrer à son développement et à en étendre son rayonnement

Dr Salim M. AlMalik, Directeur général de l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO), a prononcé une allocution à la séance plénière de la 3ème session extraordinaire de la Conférence générale de l’Organisation, tenue aujourd’hui dans la Ville économique Roi Abdullah dans la région de Makkah Al Mukarramah.

Au début de son allocution, Dr AlMalik a adressé ses vifs remerciements et sa profonde reconnaissance au Serviteur des Deux Saintes Mosquées et à Son Altesse Royale le Prince héritier, pour la haute confiance royale qu’ils ont placée en lui en le nommant au poste de Directeur général l’ISESCO, en succession à Dr Abdulaziz Othman Altwaijri. De même, il a adressé sa profonde gratitude à Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour la haute sollicitude qu’il ne cesse d’accorder à l’ISESCO et pour les facilités apportées par le gouvernement du Royaume du Maroc afin de permettre à l’Organisation de mener à bien sa mission. Il a imploré le Tout-Puissant de recevoir en Sa Sainte Miséricorde feu Roi Hassan II qui a parrainé cette Organisation et veillé à en jeter les bases solides, et de bénir l’âme de feu Prof. Abdelhadi Boutaleb, premier Directeur général de l’ISESCO.

Il a ajouté également que « l’ISESCO ayant veillé depuis sa création à réaliser ses objectifs et finalités dans ces domaines, nous nous engageons, par la Grâce de Dieu, à poursuivre la marche de l’Organisation en tenant compte des transformations sociales que connaissent les Etats membres de l’Organisation. »

Et de souligner en ces termes : « La marche d’édification de l’Organisation se base dans son essence sur la coopération et l’action commune entre les Etats membres et l’ISESCO, foyer d’expertise et maison de pensée et de culture islamique qui, depuis ses locaux, trace les visions culturelles, met en place les stratégies éducatives et prospecte l’avenir. Et d’ajouter qu’à l’ère de l’intelligence artificielle, des données numériques colossales, des technologies de pointe et des écoles virtuelles, l’ISESCO se doit d’accompagner ces mutations et d’en faire bénéficier les Etats membres, notamment à travers la formation, la recherche, la créativité et l’innovation. »

Le Directeur général de l’ISESCO a précisé l’importance de construire aujourd’hui des partenariats stratégiques avec les organisations onusiennes et régionales similaires, en tête desquelles figure l’OCI dont l’ISESCO constitue l’un des organes spécialisés, ainsi qu’avec le secteur privé et les organismes de la société civile dans les Etats membres, en particulier ceux dotés de l’expertise et de l’excellence dans leur coopération avec les organisations internationales.

Et d’ajouter que parmi les projets qu’il aspire à réaliser au sein de l’Organisation, figure celui de « projet de waqf », un « fonds d’investissement » issu des dons des gouvernements, Rois, Chefs d’Etat, institutions caritatives, hommes d’affaires et établissements bancaires. Ce Fonds, a-t-il précisé, disposera de ses futurs lois et règlements et sa rente sera dédiée aux nouveaux projets de l’ISESCO et aux programmes consacrés à la jeunesse et à l’édification de la société.

Il a réaffirmé également que l’ISESCO œuvrera assidûment à promouvoir son rôle envers la préservation des sanctuaires islamiques et chrétiens à Al-Qods Al-Charif contre les tentatives incessantes de judaïsation, d’oblitération et de destruction. Elle veillera aussi à instaurer des mécanismes pratiques à même de préserver le patrimoine matériel et immatériel des Etats membres.

Aussi a-t-il précisé que l’ISESCO assumera un rôle pionnier dans la coopération avec les Etats membres en matière de promotion de l’identité islamique, d’ancrage de la culture islamique et des valeurs de coexistence et de lutte contre l’extrémisme, la violence et le sectarisme. De même, elle devrait sensibiliser davantage aux questions humaines et sociales ayant un impact sur le développement des communautés et le renforcement de leurs capacités.

Et d’appeler, au terme de son allocution, à extirper les racines de l’analphabétisme, de la pauvreté, de l’ignorance, de l’extrémisme et de la surenchère, il appartient d’inculquer le savoir, la culture, la consolidation de l’identité islamique et la lutte contre l’intransigeance, l’extrémisme et le sectarisme. Il a précisé, par ailleurs, que l’ISESCO ne saurait assumer ses missions et réaliser les objectifs escomptés sans le soutien des Etats membres aux niveaux scientifique, intellectuel, culturel et communicationnel.