Le Conseil des Ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’OCI salue les efforts de l’ISESCO et son Directeur général et adopte nombre de ses recommandations

Abu Dhabi: 02/03/2019

Le Conseil des Ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’OCI salue les efforts de l’ISESCO et son Directeur général et adopte nombre de ses recommandations

A l’issue de la 46ème session du Conseil des Ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI), tenue les 2 et 3 mars 2019 à Abu Dhabi (Etat des Emirats Arabes Unis), sous le thème « Cinquante ans de coopération intra-islamique : feuille de route pour la prospérité et le développement », le Conseil a adopté le projet de Résolution N°6/46-C sur les institutions spécialisées.

Dans cette Résolution, le Conseil s’est félicité des activités et programmes mis en œuvre par l’ISESCO dans ses différents domaines de compétence, à savoir l’éducation, les sciences, la culture, la société et la communication, et rendu hommage à Dr Abdulaziz Othman Altwaijri, Directeur général de l’ISESCO, pour ses efforts visant à développer l’action de l’Organisation et en élargir les domaines. De même, le Conseil a salué le contenu et les orientations du Plan stratégique de l’ISESCO à moyen terme pour les années 2019-2027, la teneur du projet prospectif de Plan d’action et Budget de l’ISESCO pour les années 2019-2021, ainsi que la contribution remarquable de l’Organisation à la mise en œuvre du Programme d’action décennal devant permettre à la Oumma islamique de faire face aux défis du XIXème siècle, adopté par le 3ème Sommet islamique extraordinaire. Il a également exprimé son appréciation pour les activités mises en œuvre par l’ISESCO dans le cadre dudit Programme. Le Conseil a également exprimé sa considération au Directeur général de l’ISESCO pour les efforts et les contacts incessants qu’il entreprend aux niveaux régional et international en vue d’inciter la communauté internationale à faire pression sur Israël pour l’amener à respecter les résolutions de la légitimité internationale relatives à la protection des monuments religieux, du patrimoine culturel et civilisationnel et des institutions éducatives, scientifiques et culturelles à Al-Qods Al-Charif et faire face aux décisions unilatérales prises à cet égard, en vertu des résolutions internationales y afférentes.

De surcroit, le Conseil a pris note avec appréciation des stratégies de l’action islamique commune et de leurs mécanismes de mise en œuvre, élaborées par l’ISESCO dans les domaines de l’éducation, des sciences, de la culture et de la communication, et invité les Etats membres à collaborer avec l’ISESCO pour la mise en œuvre desdites stratégies, en coopération avec les organisations régionales et internationales concernées.

En outre, ledit Conseil s’est félicité des efforts de l’ISESCO dans l’amélioration des systèmes d’enseignement supérieur dans les Etats membres, la  création du Comité de haut niveau sur la qualité et l’accréditation en vue d’assurer le suivi de la mise en œuvre des « Indicateurs clés de performance (KPI) » dans les Etats membres de l’OCI. Il a également exprimé son soutien et son appréciation pour le lancement du projet « TAFAHUM » pour l’échange d’étudiants, du corps enseignant et de chercheurs entre les universités du monde islamique, et la mise en place du « Réseau Panislamique de Recherche et d’Education (PIREN) ».

Dans la même lignée, le Conseil a remercié l’ISESCO d’avoir consacré une série d’activités à l’échelle nationale, régionale et internationale, mises en œuvre dans les capitales de la culture islamique, célébrées chaque année, à titre de contribution aux programmes de célébration, et l’a invité à poursuivre cet appui. De même, il s’est félicité des efforts consentis par les Etats membres, dont les villes suivantes ont été célébrées capitales de la culture islamique au titre de l’année 2018 (Muharraq, Nakhitchevan, Libreville), salué le choix porté sur des capitales de la culture islamique, notamment Al-Qods Al-Charif, capitale permanente de la culture islamique ainsi que Bissau, Bandar Seri Begawan et Tunis au titre de 2019, et appelé l’ISESCO et les parties compétentes à assurer le succès de cet important programme culturel.

Aussi, le Conseil a-t-il salué les efforts déployés par l’ISESCO pour coordonner avec les parties compétentes au Royaume du Maroc pour le suivi des procédures pratiques nécessaires à la création de « l’Académie islamique pour l’environnement et le développement durable ». Il s’est également félicité des efforts de l’ISESCO pour prendre en charge le Secrétariat général du Prix du Royaume d’Arabie Saoudite pour la gestion environnementale dans le monde islamique, ainsi que le lancement de la nouvelle catégorie spéciale du Prix intitulée « Célébration de la meilleure ville islamique respectueuse de l’environnement », considérée en tant qu’interface de soutien de l’action environnementale conjointe dans le monde islamique.

Dans la même veine, ledit Conseil a salué l’initiative de l’ISESCO de la création de nombre de prix spécialisés en matière d’éducation, de recherche scientifique, de sciences humaines et sociales, d’environnement, de communication et de bénévolat, et remercié le Royaume d’Arabie Saoudite et l’Etat des Emirats Arabes Unis pour le parrainage accordé à nombre de ces prix.

Par ailleurs, le Conseil s’est félicité des efforts de l’ISESCO dans la tenue du 3ème Forum des Présidents des associations et centres culturels islamiques à l’extérieur du monde islamique (Santiago, Chili, 29-31 octobre 2018) et de la 16ème réunion du Conseil supérieur pour l’éducation, les sciences et la culture pour les Musulmans à l’extérieur du monde islamique, qui a adopté le programme décennal de mise en œuvre pour les années 2019-2027 et le mémorandum cadre de l’action de ces centres.  De même, il a appelé l’ISESCO à poursuivre ses efforts et à intensifier ses contacts avec les associations et centres culturels islamiques en Europe, Asie et Amérique latine pour l’activation de la Stratégie de l’action culturelle islamique à l’extérieur du monde islamique et ses mécanismes de mise en œuvre.

En outre, le Conseil a salué les efforts de l’ISESCO en matière de développement des capacités professionnelles des professionnels des médias dans les Etats membres ainsi que les activités mises en œuvre par l’ISESCO dans un certain nombre de capitales européennes pour lutter contre l’islamophobie et le discours de haine et de discrimination raciale dans les médias occidentaux d’un point de vue professionnel, juridique et de droit, à la lumière de ses documents de référence (Cursus de formation des journalistes pour la correction des stéréotypes sur l’Islam et les Musulmans dans les médias occidentaux), (L’étude scientifique sur les contenus médiatiques occidentaux sur l’Islam et les Musulmans à la lumière du droit international)  et (Le cadre de référence sur les procédures judiciaires relatives aux doléances et plaintes à l’encontre des propagateurs du discours de haine et de discrimination raciale dans les médias), et ce, en coopération avec le Secrétariat général de l’OCI et les institutions islamiques et internationales spécialisées et concernées.

De même, le Conseil s’est félicité des efforts et réalisations de l’ISESCO en matière de protection du patrimoine culturel matériel et immatériel dans les Etats membres et accueilli favorablement l’action du Comité du Patrimoine dans le Monde islamique, créé par l’ISESCO en vue de préserver, valoriser et protéger ce patrimoine. Il a également appelé les Etats membres à déployer davantage d’efforts pour protéger ce type de patrimoine, dans le cadre de l’activation de l’initiative de l’ISESCO portant sur la proclamation de 2019 Année du patrimoine dans le monde islamique.

De surcroit, le Conseil a salué les efforts déployés par la Fédération des Universités du Monde islamique (FUMI) dans la création de chaires universitaires, l’élaboration de plans et stratégies et la mise en œuvre d’activités, de programmes et de projets visant à promouvoir l’enseignement universitaire, lesquels ont été adoptés par la 7ème Conférence générale de la FUMI (Rabat, 13-14 février 2017). Il s’est également félicité du rôle de la FUMI dans le développement des relations de partenariat et de coopération avec les universités membres et les organisations similaires, et ce grâce à ses réalisations et initiatives qui lui ont permis d’occuper une place de choix dans l’action islamique universitaire commune.

Dans la même veine, le Conseil a salué les efforts de l’ISESCO dans la tenue de la session extraordinaire de la Conférence islamique des Ministres de la Culture (28-29 novembre 2018, Manama, Royaume de Bahreïn), en coopération avec l’Autorité de Bahreïn pour la Culture et les Antiquités et en coordination avec l’OCI. Il s’est félicité aussi de la « Déclaration de Bahreïn pour la protection du patrimoine humain et la lutte contre l’extrémisme » adoptée par la Conférence, et appelé les Etats membres, les organisations et les instances islamiques à en activer les contenus et les orientations.

Et de souligner les résolutions et les recommandations antérieures adoptées en matière des projets, programmes, activités, initiatives, déclarations et documents de référence de l’ISESCO, et remercier la Conférence générale et le Conseil exécutif, en leur qualité d’organes constitutionnels de l’ISESCO pour leurs efforts constructifs en vue d’assurer le développement de l’action de l’Organisation afin de lui permettre de mener à bien ses missions.

De même, le Conseil a exprimé ses sincères remerciements et son immense gratitude au Serviteur des Deux Saintes Mosquées, le Roi Salman bin Abdulaziz Al-Saud, et à Leurs Majestés, Excellences et Altesses, Rois, Chefs et Emirs des Etats membres du soutien généreux accordé à l’ISESCO et d’avoir financé de nombreux programmes et activités dans les domaines de l’éducation, des sciences et de la culture.

En outre, il a exprimé ses vifs remerciements et sa profonde gratitude à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, d’avoir bien voulu placer les conférences de l’ISESCO sous son haut patronage et de l’appui constant dont l’Organisation a toujours bénéficié de la part du gouvernement marocain, lui permettant de mener à bien sa mission.

Le Conseil des Ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’OCI a également adopté, à l’issue de sa 46ème session, le projet de Résolution N°48/6-S&T sur les activités des institutions de l’OCI opérant dans le domaine de la science et de la technologie, de l’enseignement supérieur, de la santé et de l’environnement.

Dans cette Résolution, le Conseil a exprimé son appréciation pour les efforts déployés par l’ISESCO dans le domaine de la science et de la technologie, de l’enseignement supérieur, de la santé et de l’environnement, et reconnu les efforts de l’ISESCO pour renforcer les capacités scientifiques, technologiques et d’innovation dans nombre de domaines vitaux directement liés au développement socio-économique des Etats membres. Il a également salué les efforts de l’ISESCO dans la promotion de la qualité-accréditation et la coopération-échange auprès des universités des Etats membres de l’ISESCO à travers le lancement et la mise en œuvre des programmes orientés vers l’enseignement universitaire et les programmes d’échange de ressources. De même, le Conseil s’est félicité des initiatives de l’ISESCO dans les divers domaines, y compris les sciences spatiales en vue d’améliorer l’utilisation des systèmes de l’observation de la Terre et étendre les capacités d’application à la gestion des ressources naturelles, des risques des catastrophes naturelles et d’alerte précoce, ainsi qu’à la promotion de l’agriculture durable, l’aquaculture, l’évaluation de la vulnérabilité alimentaire, de la sécurité alimentaire, de l’efficacité du marché et des multiples aspects de la désertification, la biotechnologie et les activités de renforcement des capacités en matière de risques naturels.

De surcroit, le Conseil a réitéré son appel à l’ISESCO pour participer activement à la mise en œuvre de l’OCI-SHPA 2014-2023 en partageant les enseignements tirés de ses plans d’action et en participant à la mise en œuvre des activités prioritaires liées à la santé dans les six domaines thématiques du programme. Il a également pris acte du soutien continu de l’ISESCO à l’Université islamique d’Ouganda (UIO) et à l’Université islamique du Niger (UIN) et l’a exhorté à continuer de les soutenir, conformément au plan soumis par l’ISESCO au Secrétariat général, incluant des actions de renforcement de leurs programmes académiques, l’évaluation des performances, le soutien aux programmes STI, le renforcement des capacités des enseignants et le développement des liens avec les universités des Etats membres.

De même, le Conseil a salué les efforts de la FUMI pour promouvoir et faire progresser l’enseignement universitaire et établir des liens et des partenariats entre les universités du monde islamique, et l’a appelé à prendre des mesures pour établir des partenariats et des liens entre l’UIO, l’UIN et l’Université islamique de Dhaka (UIT) et les universités renommées dans les Etats membres. Il a aussi pris note des projets et initiatives dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique adoptés par la 8ème Conférence islamique des Ministres de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique tenue le 14 novembre 2016 à Bamako (République du Mali), et demandé à l’ISESCO d’œuvrer en coordination avec le Secrétariat général et les institutions compétentes de l’OCI pour en assurer la mise en œuvre de manière opportune et efficace.